JOUR 2/DAY2

JOUR 2/DAY 2.   17 Nov. 2016

De 2015 à 2018, la Haus der Kulturen der Welt a lancé une série de conférences sous le titre « Dictionary of Now ». « Theory Now » a proposé à la HKW de saisir ce titre de manière plus littérale en organisant un atelier lexical performatif, une session de dictionnaire, qui interrogera le sens de « maintenant » en plusieurs langues et contextes. Le point de départ sera l’entrée « Présent » du Dictionnaire des intraduisibles. Les langues indo-européennes ont-elles créé et colonisé le mot « présent », et par conséquent sa signification? Ont-elle créé notre compréhension de la temporalité? Existe-t-il une voie pour décoloniser le présent?

From 2015 to 2018, the Haus der Kulturen der Welt has set in motion a discussion series under the title “Dictionary of Now”. “Theory Now” has suggested to the HKW that the title “Dictionary of Now” be taken much more literally, by organizing a lexical performative workshop—a dictionary session, which will investigate the meaning of “now” in different languages and contexts. The starting point is will be the entry “present” in the Dictionary of Untranslatables. Have the Indo-European languages created and colonized the word present, and therefore its significance? Have they created our understanding of temporality? Is there a way to decolonize the present?

Session 1. Atelier/Workshop
13.00-16.00   Décoloniser le présent / Decolonizing the Now
Présidence/Chair : Johnny Rodger (Glasgow School of Art) and Lionel Ruffel (Paris 8).
In French/En français

1ère partie :


2ème partie :

Session 2. Conférences/Lectures/Panel
17.00-18.00 Ravi Sundaram (Sarai Programme, CSDS, Delhi).
“Living the Post-Postcolonial, or does the contemporary have a name?”
Présidence/Chair: Françoise Vergès
In English/En anglais

19.00-20.00: François Cusset (Univ. Paris Ouest)
« La théorie disparaît dans la production de ses effets ».
Présidence/Chair: Françoise Vergès
In French/En français

Session 3. Conférences/Lectures/Panel
20.00: Performance: Kapwani Kiwanga. “Afrogalactica. The Deep Space Scrolls”
In English/En anglais
[Non enregistré/Not recorded]

Kapwani Kiwanga tire profit de sa formation en sciences sociales pour créer des projets de recherche singuliers, dans lesquels elle incarne le rôle du chercheur. Ses projets prennent la forme d’installations, de vidéos, de pistes audio ou de performances. De façon générale, sa pratique interroge des notions telles que celle de l’Afro-futurisme, la lutte anti-coloniale et sa mémoire, ainsi que la culture populaire.
Kapwani Kiwanga a fait des études d’anthropologie et de religions comparées à l’université McGill (Montréal, Canada). Elle a poursuivi avec le programme « La Seine » de l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts à Paris, puis au Fresnoy (Studio National d’Art Contemporain), France. Elle était artiste en résidence à la Fondation MU à Eindhoven aux Pays-Bas et à la Box, à Bourges en France.
Les oeuvres de Kiwanga ont été exposées au Centre Georges Pompidou (France), au centre d’art contemporain de Glasgow (Grande-Bretagne), au Musée d’art moderne de Dublin (Irlande), à la Biennale internationale d’art contemporain d’Almeria (Espagne), à Salt Beyoglu à Istanbul (Turquie), la South London Gallery (Grande-Bretagne), au Jeu de Paume à Paris (France), au Festival du film documentaire de Kassel (Allemagne), à la Kaleidoscope Arena de Rome (Italie), et à Paris Photo (France).
Kapwani Kiwanga takes advantage of her training in the social sciences to create projects of singular research in which she embodies the role of a researcher. Her projects vary in forms of installations, videos, audios, or performances. In general, her practice interrogates notions such as Afro-futurism, anti-colonial struggle and their memory, as well as popular and vernacular culture. Kapwani Kiwanga completed her studies in Anthropology and Comparative Religions at McGill University (Montreal, Canada). She continued onto “La Seine” a program at the l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts in Paris, and then the Fresnoy (Studio National d’Art Contemporain), France. She was artist in residence at the MU Foundation in Eindhoven, Netherlands and at la Box, in Bourges, France. Kiwanga’s works have been displayed at the Centre Georges Pompidou (FR), the Glasgow Center of Contemporary Art (UK), the Museum of Modern art de Dublin (IE), the Biennale internationale d’art contemporain d’Almeria (ES), Salt Beyoglu in Istanbul (TK), the South London Gallery (UK), the Jeu de Paume à Paris (FR), the Kassel Documentary Film Festival (DE), the Kaleidoscope Arena Rome (IT) and at Paris Photo (FR).


Intervenants / Speakers JOUR 2/DAY2 :

Françoise Vergès est titulaire de la chaire « Global Souths » au Collège d’Études Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l’homme. Elle a publié de nombreux ouvrages et articles en français et en anglais sur les mémoires de l’esclavage, la psychiatrie coloniale, Frantz Fanon, Aimé Césaire, l’économie de prédation et la globalisation, le musée postcolonial, et les processus de créolisation dans les mondes de l’Océan indien. Parmi ses dernières publications : Exposer l’esclavage : méthodologies et pratiques. Paris : Africultures, 2013 ; L’Homme prédateur. Ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps, Paris : Albin Michel, 2011 ; Ruptures postcoloniales. Avec Nicolas Bancel, Florence Bernault, Pascal Blanchard, Ahmed Boubakeur et Achille Mbembe. Paris : La Découverte, 2010. François Vergès est aussi auteur de films et commissaire d’exposition indépendante. Membre du Comité pour la mémoire et l’histoire de l’esclavage en 2004 (Loi « Taubira » de 2001), elle en a été présidente de 2009 à 2012. Entre 2007 et 2010, elle a travaillé à un projet de musée porté postcolonial pour le XXIe siècle.
Françoise Vergès is the incumbent of the research chair “Global Souths” at the Collège d’Études Mondiales de la Fondation Maison des Sciences de l’homme. She has published a number of works and articles in French and in English on the memory of slavery, the colonial psychiatry, Frantz Fanon, Aimé Césaire, predatory economics and globalization, the postcolonial museum, and the process of creolization in the Indian Ocean worlds. Among her latest publications are: Exposer l’esclavage : méthodologies et pratiques. Paris : Africultures, 2013 ; L’Homme prédateur. Ce que nous enseigne l’esclavage sur notre temps, Paris : Albin Michel, 2011 ; Ruptures postcoloniales. With Nicolas Bancel, Florence Bernault, Pascal Blanchard, Ahmed Boubakeur and Achille Mbembe. Paris : La Découverte, 2010. François Vergès is also writer of films and commissioner of independent exhibitions. Member of the Committee for Memory and History of Slavery in 2004 (“Taubira” Law of 2001), she was president in 2009 to 2012. Between 2007 and 2010, she worked on a museum project concerning the postcolonial of the 21st century.

Kapwani Kiwanga tire profit de sa formation en sciences sociales pour créer des projets de recherche singuliers, dans lesquels elle incarne le rôle du chercheur. Ses projets prennent la forme d’installations, de vidéos, de pistes audio ou de performances. De façon générale, sa pratique interroge des notions telles que celle de l’Afro-futurisme, la lutte anti-coloniale et sa mémoire, ainsi que la culture populaire.
Kapwani Kiwanga takes advantage of her training in the social sciences to create projects of singular research in which she embodies the role of a researcher. Her projects vary in forms of installations, videos, audios, or performances. In general, her practice interrogates notions such as Afro-futurism, anti-colonial struggle and their memory, as well as popular and vernacular culture.

Mathias Verger est maître de conférences en littérature comparée à l’Université Paris 8 Saint-Denis. Il travaille sur l’imaginaire et la politique des langues, les rapports entre langue maternelle et traduction.
Mathias Verger is senior lecturer in comparative literature at Université Paris 8 Saint-Denis. He works on the imaginary and politics of languages, the relationship between the native language and translation.

Arafat Sadallah. Né en 1981 à Casablanca, Maroc. Vit et travaille à Paris.. Philosophe, ses recherches portent principalement sur la question de la représentation dans la pensée et l’art arabes. Depuis 2007, il est collaborateur artistique au sein de la plateforme SIWA : espace de réflexion et d’expérimentation sur les modes de création dans le monde arabe. Il accompagne différents projets artistiques en tant que commissaire ou dramaturge.
Arafat Sadallah was born in 1981 in Casablanca, Morocco, and lives and works in Paris. As a philosopher, his research mainly concerns the question of the representation of Arabic thought and art. Since 2007, he has been an art collaborator at the heart of the SIWA platform: a space of reflection and experimentation on the modes of creation in the Arab world. He has participated in different artistic projects as supervisor or playwright.

Olivier Marboeuf est auteur, critique et commissaire indépendant. Il est directeur de l’Espace Khiasma depuis 2004.
Olivier Marboeuf is an author, a critic and an independent curator. He has been running the Espace Khiasma from 2014.

Johnny Rodger est écrivain, critique et professeur de littérature urbaine à la Glasgow School of Art. Il est l’éditeur de la revue d’art et de littérature The Drouth. Il est l’auteur d’ouvrages de fiction et d’essais, parmi lesquels Contemporary Glasgow (1999), Tartan Pimps : Gordon Brown, Margaret Thatcher and the New Scotland (2010) et The Red Cockatoo : James Kelman and the Art of Commitment (2011). Son dernier livre The Hero Building : An Architecture of Scottish National Identity a été publié en septembre 2015.
Johnny Rodger is a writer and critic, and Professor of Urban Literature at the Mackintosh School of Architecture at the Glasgow School of Art. He is editor of the The Drouth quarterly Literary/Arts journal, and his published books include literary fiction such as The Auricle (1995), g haun(s)Q (1996) and redundant (1998), and scholarly works as Contemporary Glasgow (Rutland Press, 1999), and Gillespie Kidd &Coia 1956-87 (RIAS, 2007), Tartan Pimps: Gordon Brown, Margaret Thatcher and the New Scotland (2010),and The Red Cockatoo: James Kelman and the Art of Commitment (2011). His latest book The Hero Building: An Architecture of Scottish National Identity was published in September 2015.

Ravi Sundaram est professeur au Centre d’études des sociétés en développement (Centre for the Study of Developing Societies – CSDS) à Delhi. En 2000, il a créé le programme Sarai du CSDS avec Ravi Vasudevan et le Raqs Media Collective. Depuis ce moment, Sarai est devenu l’un des sites de recherche expérimentale et critique parmi les plus connus en Inde, traitant de questions locales aussi bien que globales. Sundaram est l’auteur de Pirate Modernity: Media Urbanism in Delhi (Routledge, London 2009), et No Limits: Media Studies from India (Delhi, Oxford University Press, 2013). Il a co-dirigé la collection Sarai Reader : The Public Domain (2001), The Cities of Everyday Life (2002), Shaping Technologies (2003), Crisis Media (2004), et Frontiers (2007). Les travaux de Sundaram ont été traduits dans diverses langues en Inde, en Asie et en Europe. Ses recherches actuelles portent sur le monde post-digital : la circulation après l’ère du téléphone portable, la fièvre d’informations et l’événement médiatique post-colonial.
Ravi Sundaram is a Professor at the Centre for the Study of Developing Societies (CSDS), Delhi. In 2000 he founded the well-known Sarai programme at the CSDS along with Ravi Vasudevan and the Raqs Media Collective. Since then, Sarai grew to become one of India’s best known experimental and critical research sites on media, spanning local and global sites. Sundaram is the author of Pirate Modernity: Media Urbanism in Delhi (Routledge, London 2009), and No Limits: Media Studies from India (Delhi, Oxford University Press, 2013) Sundaram has co-edited the Sarai Reader series, The Public Domain (2001), The Cities of Everyday Life (2002), Shaping Technologies (2003), Crisis Media (2004), and Frontiers (2007). Sundaram’s essays have been translated into various languages in India, Asia, and Europe. His current research looks at the post-digital world: circulation after the mobile phone, information fever, ideas of transparency and secrecy, and the postcolonial media event.

François Cusset. Professeur d’études américaines à l’université de Paris Ouest Nanterre, François Cusset est écrivain et historien des idées. Chercheur en histoire intellectuelle et politique contemporaine, il a notamment publié French Theory (2003) et La décennie : le grand cauchemar des années 1980 ( 2006), et dirigé Une histoire (critique) des années 1990 (2014), tous publiés aux éditions de La Découverte. Il est aussi l’auteur de deux romans, À l’abri du déclin du monde et Les jours et les jours (P.O.L, 2012 et 2015).
Professor of American Studies at the Université de Paris Ouest Nanterre, François Cusset is both writer and intellectual historian. Researcher in history and contemporary politics, he has published French Theory (2003) and La décennie : le grand cauchemar des années 1980 ( 2006), and directed Une histoire (critique) des années 1990, all published by La Découverte. He is also the author of two novels, À l’abri du déclin du monde and Les jours et les jours (P.O.L, 2012 and 2015).