JOUR 1/DAY1

JOUR 1 / DAY 1.  16 Nov. 2016


Un des enjeux de “Theory Now” est de penser et de présenter le maintenant des théories mais aussi les théories du maintenant, c’est-à-dire celles qui ont fait de la temporalité contemporaine leur objet d’investigation de même qu’elles tentent de saisir nos identités historiques multiples. Pourquoi ce mot contemporain s’est-il imposé et qu’est-ce qu’il signifie précisément? Depuis maintenant une quinzaine d’années, un grand nombre de projets, souvent collectifs se sont engagés dans cette réflexion. C’est le cas du projet “The Contemporary Condition” dirigé par le chercheur danois Jacob Lund ou du large projet “100 Years of Now” de la Haus der Kulturen der Welt de Berlin qui sera ici représentée par Olga von Schubert.
L’intérêt de cette session sera de confronter les visions portées par un programme de recherche universitaire et muséal (“The Contemporary Condition”) d’un côté et par une institution interdisciplinaire de l’autre (“100 Years Now”). Nous avons demandé à Olga von Schubert et Jacob Lund de nous présenter très concrètement les pratiques de leurs programmes ainsi que leurs attendus théoriques.

One of the goals of “Theory Now” is to think and present the “now” of theories but also the theories of the “now,” that is, theories that have tried to investigate contemporary temporality as well as attempt to capture multiple historical identities.
Why does this term “contemporary” impose itself and what does it mean exactly? For fifteen years, a large number of projects, often collective, have reflected on this question. Such is the case for “the Contemporary Condition” directed by Danish researcher, Jacob Lund, or the project “100 Years of Now” from the Haus der Kulturen der Welt de Berlin, as will be presented by Olga von Schubert.
The main interest of this session will be to compare the visions carried by an academic and museaum research program (“The Contemporary Condition”) on one side, and an interdisciplinary institution (“100 Years Now”) on the other. We asked Olga von Schubert and Jacob Lund to present concrete practices as well as the theoretical expectations of these programs.



Session 1. Atelier/Workshop
14.00-16.00  Atelier d’ouverture : Mettre à jour les théories du contemporain 
Opening workshop :
Updating the Theories of the Contemporary
En anglais/ In English
Avec/With Olga von Schubert and Jacob Lund.
Présidence/Chair : Margaret-Anne Hutton, Lionel Ruffel

1ère partie : 


2ème partie : 

 

Session 2. Conférences/Lectures/Panel
17.00-19.00  Bernd Scherer (Haus der Kulturen der Welt, Berlin), Bruno Latour (Sciences-Po, Paris), avec/with Jamie Allen (Critical Media Lab Basel and continent.)
et/and Frédérique Aït-Touati (CRNS).
En français et en anglais/In French and English



Ce panel associe des personnes qui se connaissent bien et qui ont, pour certaines, l’habitude de travailler ensemble. Il est destiné à interroger la publicisation, l’exposition, la scénarisation des idées sur scène, dans les mondes de l’art, ou dans les engagements collectifs.
This panel connects individuals who are well familiar with each other, and for some, have had the tendency to work together. It is intended to interrogate the publicization, the exhibition, and the staging of ideas, in worlds of art or in collective commitments.


17.00   Conférence/Lecture: Bernd Scherer
« Art in the time of monsters and tricksters » En anglais/in English

17h45   Entretien/Interview avec Bruno Latour, En français/In French
18h15   Panel avec/with Jamie Allen et/and Frédérique Aït-Touati.
En français et en anglais/In French and English




Session 3. Performance
20.00  Perfomance : Nathalie Quintane,  « Camisole sans manches »
En français/In French





Intervenants / Speakers  JOUR 1/DAY1 :


Olga von Schubert a étudié la littérature comparée et l’histoire de l’art à Berlin et a suivi le master “Approches contemporaines des études anglaises” au Goldsmiths College à Londres. Elle travaille comme “Art and Research Manager” à la Haus der Kulturen der Welt à Berlin. Elle y est en charge de “Dictionary of Now” et de la Bibliothèque “100 Years of Now”, qui paraît chez Matthes&Seitz. En tant que curatrice indépendante, elle réalise en ce moment une exposition sur les Temporalités au Vögele Kulturzentum en Suisse. Elle était assistante de curation des expositions “Energie religieuse” et “Migration et diversité en Allemagne aujourd’hui” au Musée des Hommes de Dresde, et de l’exposition permanente de la GRIMMWELT Kassel. Elle a également été en charge de plusieurs projets à la Neue Gesellschaft für Bildende Kunst à Berlin Kreuzberg, entre autres “Les Irréguliers – Economies de la déviation” et du “Glossaire des termes inflationnaires”.
Olga von Schubert studied Comparative Literature and Art History in Berlin and took the M.A. Contemporary Approaches to English Studies at Goldsmiths College London. She works as an Arts and Research Manager at Haus der Kulturen der Welt, Berlin, where she is conceptually responsible for the Dictionary of Now and the Library 100 Years of Now, which is published with Matthes&Seitz. As an independent curator, she is currently realizing an exhibition on Temporalities in the Vögele Kulturzentrum in Switzerland. She was curatorial assistant for the exhibitions “Religious Energy” and “Migration and Diversity in Germany Today” at the Museum of Men in Dresden and for the permanent exhibition of the GRMIMWELT Kassel and curated several projects at Neue Gesellschaft für Bildende Kunst in Berlin Kreuzberg, among others “The Irregulars – Economies of Deviation” with the accompanying “Glossary of Inflationary Terms”.

Jacob Lund est Professeur Associé au département d’Esthétique et de Culture et directeur du programme de recherche Esthétique contemporaine, Théorie critique et Pratique à l’Ecole de Communication et Culture de l’université d’Aarhus, au Danemark. Entre autres responsabilités, il est rédacteur en chef de The Nordic Journal of Aesthetics. Il est actuellement impliqué dans un projet de recherche de trois ans, “La Condition contemporaine”, financé par le Conseil Danois pour la Recherche indépendante, et à ce titre rédacteur, avec Geoff Cox, d’une nouvelle collection de la maison d’édition Sternberg Press. Sa publication la plus récente est La Condition contemporaine: Remarques introductives sur la contemporanéité et l’art contemporain (Sternberg 2016)
Jacob Lund is Associate Professor in the Department of Aesthetics and Culture and Director of the research programme Contemporary Aesthetics, Critical Theory and Practice in the School of Communication and Culture at Aarhus University, Denmark. Amongst other things, he is Editor-in- Chief of The Nordic Journal of Aesthetics. He is currently engaged on a 3 year research project The Contemporary Condition, funded by the Danish Council for Independent Research, and as part of this is editor, with Geoff Cox, of an associated new book series with Sternberg Press. Most recent publication is The Contemporary Condition: Introductory Thoughts on Contemporaneity and Contemporary Art (Sternberg 2016).

Margaret-Anne Hutton est professeur de littérature française et comparée à l’Université de St-Andrews et la directrice de l’Institut de littérature comparée contemporaine. Elle s’intéresse particulièrement à la fiction contemporaine en français, en anglais et à la traduction, aux théories sur le contemporain, aux récits de la deuxième guerre mondiale, aux romans policiers. Elle a écrit des monographies sur Michel Tournier, Christine Rochefort, sur les témoignages de femmes déportées dans les camps nazis, sur le roman policier. Sa prochaine monographie portera sur un large choix d’oeuvres contemporaines et à la lumière qu’elle projette sur la notion de contemporain.
Margaret-Anne Hutton is Professor of French and Comparative Literature in the School of Modern Languages, University of St Andrews, and the Director of the Institute for Contemporary and Comparative Literature. Her research interests include: contemporary fiction in French, English, and translation; theories of the contemporary; narratives of WWII; works of crime fiction. She has written monographs on: Michel Tournier; Christiane Rochefort; testimonial texts by French women deported to Nazi camps during WWII; a large corpus of crime fiction relating to WWII published between 1945 and 2005. Most recently she has written articles on Hamid’s The Reluctant Fundamentalist and Camus’ La Chute; the representation of the library in works of contemporary fiction; the ‘Platonic turn’ in works of contemporary fiction. Her next monograph will focus on a range of works by contemporary authors and the light these cast on ‘the contemporary’.

Lionel Ruffel est professeur de littérature générale et comparée et de création littéraire à l’Université Paris 8. Il est l’auteur de trois essais (Le Dénouement, 2005 ; Volodine post-exotique, 2007 ; Brouhaha, 2016) et de nombreux articles sur la littérature et l’art contemporains. Il a été titulaire de la recherche « Archéologie du contemporain : littérature, cultures, savoirs » à l’Institut Universitaire de France, Leverhulme Visiting Professor à l’Université St-Andrews et chercheur Humboldt à la Freie Universität (Berlin). Il a cofondé plusieurs plateformes littéraires, la revue Chaoïd, la collection du même nom chez Verdier, le collectif « L’école de littérature », le master création littéraire de l’Université Paris 8.
Lionel Ruffel is Professor of general and comparative literature and creative writing at Université Paris 8. He is the author of three essays, (Le Dénouement, 2005 ; Volodine post-exotique, 2007 ; Brouhaha, 2016) and numerous other articles on literature and contemporary art. He has been the incument of the research chair « Archeology of the the contemporary : literatures, cultures, knowledges » held at the Insitut Universitaire de France. Lastly, he has been a Leverhulme Visiting Professors at the University of St-Andrews and a Humboldt Fellow at the Freie Universität (Berlin). He cofounded many literary platforms, including the Chaoïd review, the collection under the same name with Verdier Publications, the collective « L’école de littérature » and the Creative Writing Masters degree program at Paris 8.



Bruno Latour. Professeur à Sciences-Po, il a été un des premiers spécialistes de ce qu’il est convenu d’appeler les « science studies ». Ses champs d’intérêt sont vastes, de la vie de laboratoire aux sciences et techniques, de l’environnement aux institutions et révèlent cette « anthropologie des modernes » qui forme le sous-titre de son avant-dernier livre Enquête sur les modes d’existence. Son ouvrage Nous n’avons jamais été modernes (traduit en trente-cinq langues) est un des plus importants dans le champ des contemporary studies. Parallèlement à cette oeuvre qui lui a valu d’être lauréat des plus grands prix dans le champ des sciences humaines et sociales, comme le prix Holberg, Bruno Latour a travaillé à d’autres modes d’exposition, de publication et d’expérimentation de ses théories en ayant été commissaire de trois expositions majeures au ZKM de Karlsruhe, a investi la scène ou a engagé des projets collectifs. C’est précisément sur ces thématiques que Bruno Latour nous accordera un entretien.
Professor at Sciences-Po, he was one of the first specialists in what is called “science studies.” His fields of interests are vast, from laboratory life to science and technology, from the environment to institutions, and they reveal an “anthropology of the moderns” which makes up the subtitle of one of his latest books, Enquête sur les modes d’existence. His work We have never been modern (translated into 35 languages) is one of the most important in the field of “contemporary studies.” Alongside this work, which earned him some of the most prestigious awards in the field of humanities and social sciences, such as the Holberg prize, Bruno Latour has worked in other modes of exhibition, publication and experimentation of his theories. Commissioned with three major exhibitions at the ZKM of Karlsruhe, Latour has claimed the stage or engaged in collective projects. Latour grants us this interview to precisely discuss these themes.

Bernd Scherer, directeur de la Haus der Kulturen der Welt, est docteur en philosophie de l’Université de la Sarre et est l’auteur de plusieurs publications portant sur l’esthétique et les échanges culturels internationaux. Il travaillait auparavant au Goethe Institut de Mexico, dont il a été le directeur de 1999 à 2004. Il devient ensuite directeur du département des Arts du Bureau central du Goethe Institut à Munich. Auparavant, Scherer a dirigé le département des Humanités et de la Culture à la Haus der Kulturen der Welt et en a été le directeur adjoint. Sa direction actuelle marque donc son retour à une institution dans laquelle, entre 1994 et 1999, il a joué un rôle décisif quant à l’organisation et au développement artistique.
Bernd Scherer, director of the Haus der Kulturen der Welt, holds a doctoral degree in Philosophy from the Universität des Saarlandes and is author of several publications focussing on aesthetics and international cultural exchange. He comes to the Haus der Kulturen der Welt from the Goethe Institute, where he served as Director of the Goethe Institute Mexico from 1999 through 2004 and subsequently as Director of the Arts Department for the Head Office in Munich. Previously, Scherer headed the Department of Humanities and Culture at the Haus der Kulturen der Welt and also served as its Deputy Director. The start of his directorship thus represents a return to an institution in which he from 1994-1999 played a decisive role with respect to organizational and artistic development.

Frédérique Aït-Touati, metteur en scène et historienne, explore les liens entre sciences, littérature et politique et s’intéresse en particulier aux fictions de la science. Elle collabore depuis une dizaine d’années avec le philosophe Bruno Latour et développe avec lui différentes formes d’écriture théâtrale et performative : des conférences-performances (« Tarde/Durkheim », 2007 ; « Face à Gaïa », 2015), le spectacle « Gaïa Global Circus » (2013-2016), la simulation du « Théâtre des Négociations » (théâtre Nanterre-Amandiers, avec Philippe Quesne, 2015). Chercheur au CNRS, elle a notamment publié Contes de la Lune, essai sur la fiction et la science modernes (Gallimard, 2011). Elle enseigne à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales et dirige SPEAP (Programme d’expérimentation en arts politiques), en résidence aux Amandiers depuis 2014.
Frédérique Aït-Touati, director and historian, explores connections between sciences, literature and politics, and is interested particularly in science fiction. For over ten years, she has collaborated with philosopher Bruno Latour to develop different forms of performative and theatrical writing: performance-conferences (« Tarde/Durkheim », 2007 ; « Face à Gaïa », 2015), the show « Gaïa Global Circus » (2013-2016), the simulation of the Théâtre des Négociations » (théâtre Nanterre-Amandiers, with Philippe Quesne, 2015). Researcher at the CNRS, she has notably published Contes de la Lune, essai sur la fiction et la science modernes (Gallimard, 2011). She teaches at the École des Hautes Études en Sciences Sociales and directs SPEAP (Programme d’expérimentation en arts politiques), in residence at Amandiers since 2014.

Jamie Allen est un chercheur, artiste, designer et enseignant, né au Canada, et s’intéresse à ce que les technologies nous apprennent sur notre identité individuelle, culturelle, sociale. Il a travaillé comme ingénieur en électronique, chimiste spécialisé en chimie des polymères et designer au Musée américain d’histoire naturelle à New York. Il enseigne, publie et expose dans le monde entier. Il vit en Europe, travaille sur des projets artistiques et technologiques, écrit un peu et tente de s’engager et de créer des institutions prospectives, généreuses et collaboratives, reconnaissant le fait que l’amitié, la passion et l’amour sont centrales pour les pratiques de l’art, de la recherche et du savoir.
Jamie Allen is a Canada-born researcher, artist, designer and teacher, interested in what technologies teach us about who we are as individuals, cultures and societies. He has been an electronics engineer, a polymer chemist and a designer with the American Museum of Natural History in New York. He lectures, publishes and exhibits worldwide. He lives in Europe, works on art and technology projects, writes a bit, and tries to engage himself and create prefigurative institutions which are generous and collaborative, acknowledging that friendship, passion and love are central to aesthetic, research and knowledge practices. He is Senior Researcher at the Critical Media Lab in Basel, Switzerland.

Nathalie Quintane. Comme je l’ai déjà dit il y a quelques années, je suis née en 1964, ce qui me donne 52 ans. J’ai écrit un certain nombre de livres, dont je ne me souviens plus trop car j’ai une mauvaise mémoire. On peut encore les lire, pour l’essentiel édités par P.O.L (le dernier est Que faire des classes moyennes ?). Je visite plus souvent les écoles des beaux-arts que les facultés de Lettres, peut-être parce que les facultés de Lettres pensent que ce que je fais n’est pas vraiment de la littérature, et que les beaux-arts tendraient à penser que cela se rapproche de l’art – mais lequel ?
As I have already mentioned some years ago, I was born in 1964, which makes me 52 years old. I have written a number of books, of which I no longer remember since I have a bad memory. One can still read them, most of which are published by P.O.L (the latest was Que faire des classes moyennes ?). I visit schools of fine arts more often than school of literary studies, perhaps because the school of literary studies think that what I do isn’t really literature and fine arts tend to think that it is closer to art, but which one?