EXTRA ! 2018

FESTIVAL EXTRA! 2018
QUAND LA LITTÉRATURE SORT DU LIVRE

                                   

         Le Festival Extra ! veut donner la plus large visibilité à l’ensemble des formes extra-livresques que prend aujourd’hui la littérature : lectures, performances, littérature exposée, visuelle ou numérique, poésie sonore, rencontres publiques… On assiste aujourd’hui à la diffusion massive de pratiques littéraires hétérogènes qui amènent la littérature à sortir du livre pour se créer et se diffuser ailleurs et autrement : sur scène, dans la rue, en public, à l’écran, comme dans les musées et les espaces d’exposition. Au diapason de cette nouvelle « vie littéraire », le Festival Extra ! se propose de célébrer et de mettre en lumière toutes les formes que prend la littérature quand elle sort du livre.

En 2018, pour sa deuxième édition, le Festival Extra ! accentue encore un peu plus son croisement avec l’art contemporain : en invitant l’artiste azéri Babi Badalov à installer dans le Forum ses tissus imprimés de poésie visuelle, ou en invitant une performeuse comme Violaine Lochu, récente lauréate du prix Aware récompensant des femmes-artistes, c’est toute la littérature qui se déplace vers les formes de l’art contemporain. Les écrivains participent également à ce mouvement : pour marquer la 10ème année et la 100ème séance de son Encyclopédie des Guerres, l’écrivain et critique d’art Jean-Yves Jouannais investira une salle d’exposition dans laquelle il recevra le public pendant les cinq jours du festival. Tandis que la romancière Chloé Delaume devrait également assurer une permanence pour recueillir les rêves et cauchemars des visiteurs, pour son projet d’écriture Dream Operator.

Enfin, le Festival Extra ! intensifie sa dimension internationale, non seulement par le biais de son prix littéraire Bernard Heidsieck – Centre Pompidou, mais également en invitant la poétesse et performeuse américaine Tracie Morris. L’école d’art de Bruxelles, La Cambre, sera également présente via un documentaire de Vincent Dieutre sur ses ateliers d’écriture. Le Festival Extra ! se tournera également vers la culture japonaise en organisant un étonnant « Banquet Fantôme », conçu par l’écrivaine franco-japonaise Ryoko Sekiguchi et des invités divers (Chihiro Minato, Ange Leccia, Mari Yamazaki, Hiromi Kawakami, Saeko Kimura,…). Tant il est vrai que cette situation extra-livresque de la littérature est loin de se restreindre au domaine français et francophone, mais touche bien plus largement l’ensemble des continents littéraires !


JOUR 1

Vendredi 5 septembre 2018, au centre de nos débats s’est trouvé la question du travail, jeudi nous avons tenté de comprendre pourquoi on emploie si souvent le mot de terrain pour parler de littérature aujourd’hui. Aujourd’hui, mercredi 3 septembre, nous profitons d’une actualité éditoriale et critique, la parution du livre de Johan FaerberAprès la littérature qui, c’est le moins qu’on puisse dire, ne laisse pas indifférent, lorsqu’il reprend la vieille antienne de la mort de la littérature pour nous dire que c’est peut-être une opportunité pour la faire renaître. Pour dialoguer avec lui, comme nous le faisons toujours dans ces émissions, nous avons voulu inviter un grand chercheur qui a changé notre perception de la littérature. Il fallait un chercheur non pas de l’après mais de l’avant, c’est Alain Viala, qui en 1986 nous instruisait de La Naissance de l’écrivain et qui par la suite s’est intéressé avant tout le monde à la culture littéraire ou à la publication. Pour les accompagner, non plus le pré- ou le post-, mais le néo- avec Magali Nachtergael  qui sur la même période que Johan Faerber pose son regard tout à fait ailleurs.

avec Lionel Ruffel & Nicolas Attal & Magali Nachtergael & Johan Faerber & Alain Viala & Abigail Lang & Vincent Broqua & Tracie Morris 

JOUR 2

« Terrain ». Tiens, voilà un mot qu’il faudrait conduire au lavoir, comme dirait Jean-Marie Gleize, tant il est encrassé, recouvert, enduit, rendu opaque par ses usages médiatiques et politiques. Il se trouve que le mot terrain a aussi envahi le vocabulaire littéraire et c’est un envahissement consenti par tous les acteurs qui ne cessent de le reprendre ; il se trouve aussi que cet envahissement n’est pas sans rapport avec la littérature hors du livre. Il y a même parfois une sorte de rapport métonymique entre le terrain et le hors livre, le terrain est dans ses acceptions maximalistes le hors livre. Ou du moins il est tout sauf la tour d’ivoire. Il désigne une sortie de l’atelier, du studio, de la bibliothèque, que ce soit pour la rédaction d’un livre ou pour une expérience littéraire qui relève du social, du politique, du commun. Il évoque aussi des pratiques collectives, des apprentissages, des débuts, des essais. L’idée de cette émission est venue du compagnonnage avec l’espace Khiasma et de leur projet « Les mots qui touchent » qui fait partie d’un ensemble d’ateliers d’écriture à destination des adolescents des Lilas et de jeunes exilés « auprès des personnes dont la parole est disqualifiée, silencée ou contrainte. » Plusieurs terrains se rencontrent, celui d’une commune limitrophe de Paris, L’atlas lieu culturel presque au-dessus du périphérique, des terrains plus lointains, généralement en Afrique, les terrains du déplacement et ceux de l’adolescence. Étoilant la chose, j’ai souhaité demander à Mathilde Roussigné qui consacre une thèse de doctorat à la question du terrain en littérature de nous éclairer sur ce mot. Logiquement, la réflexion nous a fait rejoindre Sébastien Thiéry, animateur du Pérou, pour lequel les questions du terrain et de la littérature sont centrales, et à l’écrivaine Marielle Macé, partenaire de travail du Pérou et dont les derniers livres ne cessent de poser cette question de l’habitation du monde. Son texte récemment paru dans AOC « Nos cabanes » est à cet égard emblématique. Enfin l’actualité ne pouvait pas mieux tomber puisque Philippe Vasset, l’homme du Livre blanc fait paraître en cette rentrée un nouveau livre, Une vie en l’air, un livre qui nous dit enfin quelle est l’espace qui le fait écrire.

avec  Philippe Vasset & Mathilde Roussigné & Marielle Macé & Sébastien Thiéry & Lionel Ruffel 

JOUR 3 

Normalement le vendredi à 17h on se dit « Thanks God, it’s Friday ». Pas nous, pas ce soir, 7 septembre. Ce soir c’est « Au travail » pour la dernière émission de Radio Brouhaha dans le cadre du Festival Extra!. Une émission conçue après avoir lu l’extraordinaire Poétique de l’emploi de Noémi Lefebvre. Poétique de l’emploi est certainement un des textes les plus forts lus cette année. C’est un texte court mais qui dans un dispositif fictionnel aborde rien moins que l’état d’urgence, la société de consommation, le fascisme, la question de l’emploi. Ce dispositif c’est un dialogue avec le père du narrateur ou de la narratrice, on ne sait pas, ou plutôt un surmoi paternel, sorte de super-héros à la fois grotesque et terrifiant qui ne s’empêche rien pour rabaisser sa fille/fils. Elle ou lui se débat avec cette injonction à l’emploi qui lui est faite ce qui déclenche un dialogue socratique sur la nature du travail et de la poésie. Le déclencheur du livre est le moment où le narrateur dit « Il n’y a pas beaucoup de poésie en ce moment ». On aurait pu passer 1h30 avec elle et on le fera un jour mais pas aujourd’hui. Aujourd’hui, c’est le bouquet final avec plein d’invité-es.

Alors, avec qui dialoguer pour parler emploi, travail, poésie, littérature ? Inévitablement avec Cyrille Martinez et son irrésistible et profond recueil d’anecdotes sur la poésie contemporaine qu’il a publié sous le titre Le poète insupportable. Mais Radio Brouhaha c’est aussi une radio de recherche. On a invité Gisèle Sapiro pour parler avec elle de cette curieuse profession qu’est la profession d’écrivain. À tout ce travail, à tout cet emploi, Jean-Yves Jouannais opposera peut-être le désœuvrement des artistes sans œuvres, ou nous parlera de son emploi du temps depuis trois jours au forum – 1.

Côté diplômés du master, Benoît Toqué, avant sa performance de dimanche lira un texte en cours d’écriture, Mélanie Yvon, à partir de son Entrée libre parlera de l’écriture dans le monde du travail, et avec eux deux le collectif collectif chôSe (chômage et sexualités) ne sera pas bien loin. On écoutera aussi un extrait d’Un emploi sur mesure de Sven Hansen-Løve (Arturo Belano).

avec :  Mélanie Yvon & Lionel Ruffel & Benoît Toqué & Noémi Lefebvre & Gisèle Sapiro & Cyrille Martinez & Sven Hansen-Løve