Une époque Trompe-la-mort? Université populaire de Paris Diderot, 15/01, 16h-20h

 

Dans le cadre du séminaire Écrire et penser avec l’histoire à l’échelle du ‘monde’ ? et de l’Université populaire, programme de mobilisation de l’Université Paris Diderot, je suis intervenu pour une séance commune avec le réalisateur Matthieu Bareyre et une projection de son film L’Époque. Je présentais mon dernier livre, Trompe-la-mort (éditions Verdier, 2019). Les échanges étaient menés par Catherine Coquio et Inès Cazalas

Le titre de mon intervention et du débat qui en a suivi était : “Vivre en zombi ou tromper la mort. Ce que la condition universitaire peut apprendre de l’histoire des narrations.”

Voilà le texte que j’ai présenté pour ouvrir la séance.

Je ne sais comment exprimer ma gratitude pour cette séance qui s’apparente à un rêve. J’appréciais déjà d’être invité à parler de mon dernier livre par mes collègues comparatistes à l’université, ce qui était une première pour un livre qui ne sait pas exactement où il se situe, mais dont je continue à penser, même si j’ai eu l’impression d’être un peu seul à le penser, qu’il est aussi et peut-être avant tout une réflexion sur l’état de l’université et ce que l’on y enseigne. Mais j’apprécie encore plus que ce soit dans le cadre de la mobilisation actuelle et de l’université populaire, c’est-à-dire un moment où on reprend en main notre outil de travail et où on essaie de s’arracher à l’état zombi dans lequel tous nos gouvernements nous ont placés depuis 2007.

Continuer la lecture de « Une époque Trompe-la-mort? Université populaire de Paris Diderot, 15/01, 16h-20h »