Peter Osborne à l’ENS le 2 avril

IMG-20120412-01163

Peter Osborne était présent le 2 avril 2014 dans le cadre du séminaire « Une Théorie critique de la société : le programme de l’Ecole de Francfort ». Peter Osborne, philosophe, est professeur à Kingston University (Londres). Il a notamment écrit The politics of time: modernity and avant-garde ( Verso books, 2011) et Anywhere or not at all, Philosophy of contemporary art ( Verso Books 2013) ; il fait également partie du comité éditorial de la revue Radical Philosophy.

Il a proposé une conférence portant sur « Histoire et contemporanéité », dont voici le résumé:

« Cet exposé demande ce que pourrait signifier « travailler » le concept du contemporain sous les conditions actuelles, prenant appui sur la manière dont Georges Canguilhem rend compte du travail d’un concept. (« Nous pensons, quant à nous, qu’un rationalisme raisonnable doit savoir reconnaître ses limites et intégrer ses conditions d’exercice. L’intelligence ne peut s’appliquer à la vie qu’en reconnaissant l’originalité de la vie. La pensée du vivant doit tenir du vivant l’idée du vivant » ; La Connaissance de la Vie, 1967, Paris, Vrin, p. 13)

Le contemporain, tel est l’argument, a été façonné par l’histoire elle-même en une forme globale. Deux aspects peuvent en être soulignés : sa relation immanente à une temporalité de la crise, et un sens renouvelé de l’histoire comme « projet de crise » (Tafuri) ou comme production du présent à la manière d’une « crise » (de ce qui dissout une stase). L’histoire comme projet, telle est notre suggestion, constitue le négatif de l’unité propre à la crise globale. »

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.