« Theory Now » Programme/Schedule

Theory Now – Réengager la pensée
Performances, conférences, ateliers/ Performances, lectures, workshops
16-19 novembre, La Colonie, Paris.
13h-22h tous les jours sauf samedi 13h-2h. Entrée libre/ Wednesday-Friday, 1 pm -10 pm Saturday 1pm – 2am Free entry.
Direction : Lionel Ruffel

PROGRAM

Day 1 : 16 November

14.00-16.00: Opening workshop : Updating the Theories of the Contemporary

Jacob Lund on ‘The Contemporary Condition’ (Aarhus Univ. Denmark) and Olga von Schubert on ‘100 Years of Now’ (Haus der Kulturen der Welt, Berlin). Chair : Margaret-Anne Hutton (Univ of St-Andrews) and Lionel Ruffel (Univ. of Paris 8)

17.00-19.00: Public lectures: Bernd Scherer (Haus der Kulturen der Welt, Berlin), Bruno Latour (Sciences-Po, Paris), with Jamie Allen (Critical Media Lab Basel and continent.) and Frédérique Aït-Touati (CRNS)

20.00: Perfomance: Nathalie Quintane (author)


Day 2 : 17 November 

13.00-16.00 (parallel session) Workshop: Decolonizing the Now, session 1

With Françoise Vergès (Collège d’études mondiales) ; Mathias Verger (Univ. Paris 8) ; Kapwani Kiwanga (artist) ; Kader Attia (artist) ; Arafat Sadallah (Univ. Paris Ouest, Siwa). Chair : Johnny Rodger (Glasgow School of Art) and Lionel Ruffel

13.00-16.00 (parallel session: registration only): Workshop: Drawing Theory

Andreas Töpfer (artist) and Armen Avanessian (Speculative Poetics, Visiting Prof., Paris 8)

17.00-19.00: Public lectures: Ravi Sundaram (Sarai Programme, CSDS, Delhi) and François Cusset (Univ. Paris Ouest)

20.00: Performance: Kapwani Kiwanga


 Day 3 : 18 November

13.00-16.00: Workshop. Decolonizing the now. Session 2

Payam Sharifi (Slavs and Tatars) ; Ravi Sundaram (Sarai Programme, CSDS, Delhi) ; Olivier Marboeuf (Espace Kiasma); Seloua Luste Boulbina (Collège International de Philosophie) ; Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff /le peuple qui manque (curators, art theorists) ; Marco Dell’Omodarme (Université Paris 1). Chair : Johnny Rodger (Glasgow School of Art) and Lionel Ruffel

13.00-16.00: Workshop: Drawing Theory (parallel session: registration only)
Andreas Töpfer (artist) and Armen Avanessian (Speculative Poetics, Visiting Prof., Paris 8)

17.00-19.00: Public lectures: Armen Avanessian, Martha Rosler (artist)

20.00: Performance: Slavs and Tatars

 21.00-23.00: Screening Hyperstition


Day 4 : 19 November

14.00-16.00: Closing Workshop: Updating the Theories of the Contemporary

Lisa Wedeen (3CT; Univ. of Chicago) and Mathieu Potte-Bonneville (Institut Français)

17.00-19.00: Public Lectures: Julieta Aranda, Eyal Weizman (Goldsmiths College, London)

20.00-21.00: Performance: CHTO, Kantuta Quiros and Aliocha Imhoff

21.00 : DJ Set Partie carrée Les seconds couteaux vs Bouillon Poli

16-19 nov, 10.00-13.00. The publishing lab a international Phd workshop with Kirsty Boardman (Univ. of St-Andrews), Kirsteen Macdonald (Glasgow School of Art), Ishita Tiwary (CSDS, New Delhi), Emmanuelle Leduc (UQAM), Agnès Blesch, Emmanuel Reymond, Sylvia Chassaing (Univ. of Paris 8)

 

Theory Now – Réengager la pensée

 

Theory Now
Réengager la pensée
Performances, conférences, ateliers/ Performances, lectures, workshops
16-19 novembre, La Colonie, Paris.
13h-22h tous les jours sauf samedi 13h-2h. Entrée libre/ Wednesday-Friday, 1 pm -10 pm Saturday 1pm – 2am Free entry.
Direction : Lionel Ruffel

 

Avec/With Bruno Latour, Françoise Vergès, Kader Attia, Martha Rosler, Nathalie Quintane, Payam Sharifi (Slavs and Tatars), Bernd Scherer, Kapwani Kiwanga, Seloua Luste Boulbina, Armen Avanessian, François Cusset, Olga von Schubert, Jacob Lund, Jamie Allen, Julieta Aranda, Frédérique Aït-Touati, Olivier Marboeuf, Kantuta Quiros et Aliocha Imhoff /le peuple qui manque, Ravi Sundaram, Mathias Verger, Arafat Sadallah, Johnny Rodger, Margaret-Anne Hutton, Lionel Ruffel, Andreas Töpfer, Lisa Wedeen, Mathieu Potte-Bonneville, Eyal Weizman, Camille de Toledo (CHTO), Marco Dell’Omodarme, Les seconds couteaux vs Bouillon Poli


Nous sommes certainement nombreux à ne plus nous reconnaître dans des débats d’idées qui fantasment les enjeux du siècle dernier. Nous sommes aussi nombreux à constater que le monde contemporain est vaste, pluriel, complexe et qu’il faudrait sûrement, au lieu de la craindre ou de la condamner, réactiver la boîte à outils théoriques et réengager la pensée. Nous sommes enfin nombreux à voir qu’ailleurs, dans le vaste monde, cette boîte à outils théoriques n’a cessé de fonctionner, et qu’artistes, écrivain.e.s et militant.e.s y recourent activement pour déplacer les enjeux politiques et théoriques du présent.

Dans la boîte, on trouve par exemple les outils queer, ecocriticism, anthropocène, accélération, post-postcolonialisme, speculative realism, technosphere, le biopolitique, pharmacoporn ou animal studies, etc. Ils se traduisent mal en français mais se déploient par exemple à Berlin, New Delhi ou Dakar. Ils trouvent de nouvelles formes de production, de publication et investissent la scène, l’exposition, les écoles et les structures alternatives. Theory Now sera tout cela à la fois en alternant et superposant les formats de discussion et de présentation qui associent artistes, chercheur.e.s, écrivain.e.s, étudiant.e.s, performers et DJs.

Cette manifestation assume sa nature hybride : entre université autonome, scène, et café.

Theory Now est un projet du « Leverhulme International Network in Contemporary Studies » (Lincs) et de La colonie. Il reçoit le soutien du Lincs, de l’Institut Universitaire de France, de l’EA « Littérature, histoires, esthétique » (Univ. Paris 8) et de l’Université Paris Lumières.

Horaires et programme à consulter sur la page facebook de la Colonie et le site du « Lincs »: https://arts.st-andrews.ac.uk/lincs/


There are certainly many of us who no longer identify with debates and discussions that fantasize about issues of a previous century. There are many of us who recognize that the contemporary world is vast, plural, complex and that we must, rather than fear or condemn it, reactivate the theoretical toolbox and réengager la pensée. Finally, there are many of us who have noticed that elsewhere, in this vast world, this toolbox has continued to operate, and that artists, writers, activists effectively use it to shift political stakes and theories of the present.

In this toolbox, we can find tools including queer, ecocriticism, anthropocene, acceleration, post-postcolonialism, speculative realism, technosphere, biopolitic, pharmacoporn, animal studies, etc. They may not translate well in French but are dispersed, for example, through Berlin, New Delhi, or Dakar. They find new forms of production and publication; they invest in alternative settings, exhibitions, schools and structures.“Theory Now” will also simultaneously alternate and superimpose formats for discussion and presentation to bring together artists, researchers, writers, students, performers, DJs.

This special event will take on a hybrid nature: autonomous university, stage, café.

“Theory Now” is a project of the “Leverhulme International Network in Contemporary Studies” (Univ. of St-Andrews, Glasgow School of Art, Univ. du Québec in Montreal, Sarai Program in Delhi, Univ. Paris 8. Direction : prof. Margaret-Anne Hutton) and La colonie. It is supported by the Institut Universitaire de France, Paris 8 University and the University Paris Lumières.

Program and schedule available on the La Colonie Facebook page and Lincs website : https://arts.st-andrews.ac.uk/lincs/

 

 

Ateliers sur la création contemporaine (6)

La prochaine et dernière séance des Ateliers pour cette année aura lieu le 7 juin à 19h en salle D143.

Vital Shchutski (Paris-8) nous parlera de ce que c’est qu’être un artiste contemporain à la périphérie.
Christelle Etoundi (Paris-8) évoquera le plagiat au cœur de la création artistique et littéraire contemporaine, autout de l’affaire Marie Darrieussecq.

Venez nombreux !

Pour être inscrit.e.s sur la liste de diffusion, envoyez un message à l’adresse suivante : sylvia.chassaing@gmail.com

Brouhaha – 18 février 2016

Compte-rendu dessiné par Olivier Crepin, doctorant, auteur et éditeur, de la soirée Brouhaha à la Maison de la Poésie – Scène littéraire, avec étudiant.es du Master de création littéraire Université Paris 8 Saint-Denis et de SPEAP / Programme d’expérimentation en arts et politique, l’Encyclopédie de la parole,Emmanuelle Pireyre, Gilles Weinzaepflen et Mazen Kerbaj. Il y avait aussi ce soir-là Jérôme Game et Chloé.12496328_10153218196261537_7813750358983525307_o 12768214_10153218196181537_841510637020669104_o 12764521_10153218196316537_2642539074116055753_o

Ateliers sur la création contemporaine (3) : quelle place pour les études littéraires aujourd’hui ?

La prochaine séance des Ateliers est reportée au 12 janvier 2016, 18h-20h, en salle D341 à l’université Paris-8. Il n’y aura donc pas de séance le 15 décembre.

Nous aborderons, avec Samuel Harvet (Université Paris-3) , Mathilde Roussigné (Université Paris-8) et Théo Soula (Université Toulouse-2), la question de la place des études littéraires, selon deux perspectives :

  • les transformations contemporaines du modèle universitaire,
  • la manière dont celles-ci affectent la recherche en lettres/SHS et la posture du chercheur d’une part, mais aussi d’autre part l’approche herméneutique traditionnelle de l’oeuvre littéraire, à la fois dans l’enseignement et dans la recherche.

La discussion s’appuiera sur des textes d’Yves Citton, de Dominique Maingueneau, d’Olivier Gosselain et de Christophe Charle qui vous parviendront par mail. Pour être inscrit.e.s sur la liste de diffusion, envoyez un message à l’adresse suivante :sylvia.chassaing@gmail.com

 

Il est encore possible de proposer, à l’adresse indiquée ci-dessus, des contributions aux Ateliers et toute communication pourra faire l’objet d’une publication sur ce site.

2ème séance des Ateliers sur la création contemporaine – Pratiques contemporaines de la traduction

Les Ateliers sur la création contemporaine se réuniront pour leur deuxième séance le 1er décembre en salle D143 de 18h à 20h à l’université Paris-8. La séance portera sur les pratiques contemporaines de la traduction. Nous accueillerons :

  • Riccardo Raimondo (Paris-III / Paris-VII) : « Orphée contra Hermès : esquisses pour une nouvelle herméneutique de la traduction. »
  • Léo Thouvenin-Masson (traducteur) : entretien sur la traduction de textes contemporains allemands.

Nous espérons vous y voir nombreux !

Première séance du séminaire le 20 octobre à 18h

Le séminaire « Ateliers sur la création contemporaine » se réunira pour la première fois le 20 octobre 2015 de 18h à 20h en salle D143 à l’Université Paris-8.

Nous entendrons pour l’occasion :

Morgane Kieffer (Paris-X), « Faut-il catégoriser la littérature contemporaine ? »

Alexandra Cherciu (Paris-I), doctorante et compositrice, « Sainte Jeanne d’Arc, opéra en un acte, sept scènes et un épilogue – Une vue d’ensemble sur le parcours doctoral qui porte sur la genetique de l’œuvre »

Nous espérons vous y voir nombreux !

Ateliers sur la création contemporaine – séminaire doctoral

Dans Qu’est-ce que le contemporain, Giorgio Agamben écrit : « Est contemporain celui qui reçoit en pleine face le faisceau obscur de son temps »[i]. Il n’est pas rare que cette obscurité frappe aussi celui qui l’étudie. Si le contemporain est nettement ancré dans le monde universitaire – les chaires de littérature, de philosophie, d’art contemporains sont de plus en plus visibles –, les problèmes que posent son étude gardent, par définition, toute leur actualité.

Le but de cet atelier interdisciplinaire est donc double : il s’agit d’une part de découvrir ce contemporain que nous étudions, en art et en littérature, tous domaines linguistiques confondus, et dont nous avons nécessairement une connaissance partielle, et d’autre part de réfléchir, à travers ces exemples, aux diverses problématiques (périodisation, genre, auteur, texte) qui sont celles de cette création contemporaine.

 

  • Périodisations du contemporain ?

Étant donné le sens temporel du terme, la première question à poser, et peut-être la moins intéressante, est sans doute : quand est le contemporain ? Notre but n’est toutefois pas d’établir avec certitude une périodisation de la littérature ou de l’art contemporain. Les discours qu’ont tenu aussi bien les critiques et les philosophes que les artistes et les écrivains eux-mêmes sur cette question peuvent être éclairants, sinon sur une histoire de la production artistique, du moins sur l’imaginaire du contemporain. Quand est le contemporain donc, mais aussi et surtout quand parle-t-on de contemporain ?[ii]

 

  • Formes du contemporain

Quoique venant nous-mêmes de la littérature, nous souhaitons que l’atelier ne s’y limite pas. Notre désir est avant tout d’ouvrir un espace d’échange entre contemporanéistes de différents domaines. La question que nous posons est donc la suivante : peut-on apprendre quelque chose des usages comparés que font musique, littérature et art de l’adjectif « contemporain » ?

L’art contemporain en particulier a fait l’objet d’un grand nombre de théorisations, dont une des dernières en date, celle de Nathalie Heinich[iii], repose sur une application au domaine de l’histoire de l’art de la notion de « paradigme », empruntée à l’épistémologie. La sociologue voit en effet dans le passage de l’art moderne à l’art contemporain un changement de « paradigme artistique », c’est-à-dire une révolution dans la manière dont on conçoit la production artistique, l’œuvre elle-même et sa réception. Discutables autant que peut l’être toute entreprise de modélisation, les propositions de Nathalie Heinich font cependant réfléchir à ce que pourrait être une entreprise semblable dans le domaine des études littéraires : existe-t-il une littérature contemporaine au même titre qu’il existe un art contemporain ? Et quel serait alors ce « paradigme de la littérature contemporaine », s’il existe ? Et s’il n’existe pas, pourquoi cette spécificité du littéraire face à l’artistique, alors même que les rapprochements entre art et littérature, cette « néo-littérature » dont parle Magali Nachtergael[iv], sont plus vivaces et plus multiformes que jamais ?

 

  • Métamorphoses contemporaines de l’appareil critique littéraire

Une des voies possibles de cette investigation pourrait être de voir ce que la littérature contemporaine fait de concepts tels qu’ « auteur », « lecteur », « style », « genre », « représentation », qui ont accompagné la littérature et la théorie littéraire au fil des siècles. Nous ne voulons pas succomber aux sirènes des discours de la fin, qui redoutent un « désenchantement de la littérature », mais nous servir de ces concepts comme moyens pour identifier la spécificité de la production littéraire contemporaine.

Pour prendre l’exemple de « l’auteur », un écrivain comme Houellebecq, non content de mettre en scène dans La Carte et le territoire sa propre mort, participe activement au mythe élaboré autour de lui, dans le téléfilm de Guillaume Nicloux L’Enlèvement de Michel Houellebecq notamment, en se prêtant à une mise en fiction d’un épisode véridique de sa vie. Dès lors, il devient difficile de faire le partage entre la personne de l’auteur et son personnage, surtout quand l’assimilation des deux entités est revendiquée, comme elle l’est dans l’autofiction. Si, dans le cas de Houellebecq, l’intention ironique paraît évidente, une entreprise telle que celle de Philippe Thomas paraît encore plus ambiguë. De 1987 à 1993, son agence, les readymade appartiennent à tout le monde®, proposait aux collectionneurs de devenir non les propriétaires d’une œuvre de l’artiste, mais bien ses auteurs et d’inscrire leur nom dans l’histoire de l’art[v]. Quelle place occupe donc l’artiste contemporain par rapport à son œuvre, entre déni de paternité et omniprésence médiatique ?

Par ailleurs, si un ouvrage récent a rappelé que « non, la langue littéraire n’était pas morte »[vi], peut-on encore parler de « style », dans la mesure où le terme est historiquement associé à une conception de l’auteur comme génie qui a informé les études littéraires depuis le XIXe siècle[vii] ?

L’on a diagnostiqué déjà « l’éclatement des genres »[viii] au XXe siècle. De fait, la littérature et l’art contemporain ont fait appel à des genres ou à des formes qu’on ne considère traditionnellement pas comme littéraires ou artistiques (notation, journal ou pratiques du Pop-Art). Par ailleurs si l’œuvre d’art tend à se dématérialiser ou à se faire plurimédiale, il n’est pas rare que l’écrivain se fasse lui aussi performeur dans le cadre de happenings, certes littéraires, mais qui n’ont plus grand chose à voir avec le “Texte” de littérature. La mise en rapport entre le produit artistique et les discours (auctoriaux, éditoriaux, conceptuels, génériques) par lesquels il est médiatisé semble donc bien orienter l’analyse vers un questionnement concernant le type de discours particulier qui désormais tend à se substituer au médium autonome de la période moderniste, et déplacer l’accent de l’étude de l’œuvre en circuit fermé à l’étude des conditions énonciatives de sa production.

Nous souhaitons donc également réfléchir sur les conditions de production et de validation de ces arts contemporains. Que faire des notions de goût et de jugement esthétique liées aux époques classiques et modernes ? Comment identifie-t-on aujourd’hui une production contemporaine comme littéraire ou artistique ? Comment à la littérature la question de Nelson Goodman : non seulement When is art donc, mais aussi When is literature ?

 

  • Pratiques contemporaines de la critique

Enfin, qu’est-ce que tous ces questionnements impliquent quant à nos pratiques de recherche ? Peut-on pratiquer la micro-lecture, l’analyse de détail, de la même manière, si l’artiste que nous étudions ne souscrit pas à la notion de style, reposant sur une conception de l’auteur comme maître tout-puissant de son œuvre ? Une approche de l’œuvre littéraire en termes de réception ou de conditions de production, ce qui semble être une alternative, ouvre des voies vers d’autres disciplines universitaires, de la sociologie aux neurosciences. Loin d’y voir le danger d’une dissolution des études littéraires, nous proposons de réfléchir à la manière dont celles-ci peuvent emprunter à ces disciplines leurs méthodes et leurs angles d’attaques.

 

 

Bien conscients que « les réponses passent, les questions restent »[ix], nous souhaitons avant tout ouvrir un espace de découverte et de discussion pour les participants, plutôt qu’élaborer une théorie structurée du contemporain.

Dans cet esprit, toutes les interventions sont les bienvenues, aussi bien celles qui proposent une réflexion théorique sur ces questions que celles qui développent une réponse partielle à partir d’un exemple ponctuel ; le seul impératif est de donner matière à discussion. Les orientations suivantes peuvent constituer des pistes de réflexion, même si la liste n’en est pas exhaustive :

  • Géopolitique du contemporain (lieux de l’écriture, de la production ou de l’étude du contemporain)
  • Productions contemporaines et critique des hégémonies
  • Reconfiguration de la réception
  • Intermédialités et transmédialités / métamorphoses de l’objet livre
  • Qu’est-ce que se dire écrivain / artiste aujourd’hui ? La notion d’auteur

 

 

Le séminaire aura lieu à l’université Paris-8, salle D143, de 18h à 20h les mardis 20 octobre, 24 novembre, 15 décembre 2015, 26 janvier, 23 février, 29 mars, 3 mai, 7 juin 2016. Les personnes intéressées peuvent envoyer des propositions à tout moment.

Toute participation pourra donner lieu à une publication sur cette plateforme.

 

Organisateurs

 

Collectif non exposé (Paris-8) : Carine Ariztia, Sylvia Chassaing, Olivier Crépin, Emmanuel Reymond, Alice Rime, Mathilde Roussigne.

 

[i] AGAMBEN, Giorgio, Qu’est-ce le contemporain, Paris, Ed. Payot & Rivages (tr. Maxime Rovere), 2008.

[ii] RUFFEl, Lionel, “Qu’est-ce que le contemporain”, http://www.vox-poetica.org/t/articles/ruffel2010.html

[iii] HEINICH, Nathalie, Le Paradigme de l’art contemporain, Paris, Seuil, 2014.

[iv] NACHTERGAEL, Magali, « Art contemporain et écriture : la ‘new literature’ ? », L’art même, Bruxelles, Ministère de la Communauté française, n°55, 2e trimestre 2012, p. 4-6.

[v] Voir les travaux d’Emeline Jaret.

[vi] NARJOUX, Cécile (dir.), La Langue littéraire à l’aube du XXIe siècle, Dijon, Editions universitaires de Dijon, 2010.

[vii] Le style comme « symptôme de l’art et [..] signature de l’écrivain » est érigé comme principe de l’analyse littéraire par Gustave Lanson à la fin du XIXe siècle, voir NOILLE-CLAUZADE, Christine, Le Style, Paris, Garnier Flammarion, 2004.

[viii] DAMBRE, Marc, GOSSELIN-NOAT, Monique (dir.), L’Éclatement des genres au XXe siècle, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle, 2001.

[ix] COMPAGNON, Antoine, Le Démon de la théorie, Paris, Seuil, 1998.